Flash infos
L'opération "Alger ville intelligente" sera généralisée à d'autres wilayas (Ouyahia)
Les étrangers qui voudraient investir dans les TIC auront de meilleures conditions (Ouyahia)
Ahmed Ouyahia appelle les Algériens établis à l'étranger d'investir dans les TIC
Mustapha Lahbiri, directeur général de la protection civile, remplace Abdelghani Hamel à la tête de la police
Le directeur général de la Sûreté nationale, général major Abdelghani Hamel limogé
Le P/APC de Ras El Ma, à Sidi Bel Abbès, démissionne, suite au scandale sexuel l'éclaboussant
Tayeb Louh: "il n'y aura pas de traitement de faveur dans l'affaire de la cocaïne"
Louh: "L'enquête sur l'affaire de la cocaïne ira très loin"

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar annonce la création d’une école supérieure des mathématiques à Amizour, dans la wilaya de Béjaïa, au début de l’année prochaine.

S’exprimant, aujourd’hui à a annoncé Mostaganem à l’ouverture des travaux du 70e congrès de la Commission internationale pour l’étude et l’amélioration de l’enseignement des mathématiques, le ministre indique que la création de cette nouvelle école scientifique est une reconnaissance à la ville de Béjaïa, pôle de rayonnement et de développement des sciences mathématiques aux 12 et 13èmes siècles.

« La création de cette école répond aux doléances du corps universitaire et de la recherche scientifique. Elle permettra d’encourager les étudiants à s’orienter vers cette spécialité, de créer un référent national de cette science et d’exploiter l’espace universitaire existant à Amizour qui dispose d’équipements inexploités », explique-t-il.

Sur le choix de la wilaya de Bejaïa à abriter cette école, Tahar Hadjar souligne que cette ville a été « la destination d’étudiants en quête du savoir, des beaux-arts et surtout de la science des mathématiques, à l’exemple de l’Italien Léonardo de Pise qui a enseigné cette science et découvert , pour la première fois à Bejaïa, le calcul et les chiffres arabes au 12ème siècle, pour les diffuser en Europe ».

Le ministre rappelle que « l’histoire nous rapporte la contribution de notre pays au développement de cette science durant l’époque musulmane à travers un bond qualitatif dont ont contribué des villes algériennes notamment Tiaret, Bejaia, Tlemcen, Constantine, Annaba et Oran, cités du savoir dont la production prolifique a marqué des siècles en Maghreb arabe et en Europe ».

Cette période a connu, selon le ministre, de savants notoires comme Ibn Marzouk (1364), Brahim Abili (1456), Abou Abdellah Chérif, connu sous le nom El Gharbi (14ème siècle), Ibn Gounfoud El Kassentini (1406), El Habbak Tilimssani (1463) et autres érudits. Leurs œuvres en algèbre, calculs, astronomie et autres sciences sont toujours enseignées à ce jour, dans les écoles et universités.

Samir Alouane

  

0
0
0
s2sdefault

Méteo

Partly cloudy

6°C

Alger

Mardi 6°C / 18°C Partly cloudy
Mercredi 5°C / 18°C Partly cloudy
Jeudi 10°C / 18°C Scattered showers
Mostly clear

7°C

Oran

Mardi 7°C / 18°C Partly cloudy
Mercredi 11°C / 20°C Partly cloudy
Jeudi 11°C / 18°C Scattered showers
Mostly cloudy

10°C

Constantine

Mardi 2°C / 14°C Partly cloudy
Mercredi 1°C / 15°C Mostly sunny
Jeudi 3°C / 16°C Partly cloudy
Clear

6°C

Ouargla

Mardi 5°C / 17°C Sunny
Mercredi 4°C / 18°C Sunny
Jeudi 4°C / 18°C Sunny
Clear

11°C

Adrar

Mardi 8°C / 21°C Sunny
Mercredi 7°C / 19°C Sunny
Jeudi 6°C / 19°C Sunny
  1. Alger
  2. Oran
  3. Constantine
  4. Ouargla
  5. Adrar