Flash infos
L'opération "Alger ville intelligente" sera généralisée à d'autres wilayas (Ouyahia)
Les étrangers qui voudraient investir dans les TIC auront de meilleures conditions (Ouyahia)
Ahmed Ouyahia appelle les Algériens établis à l'étranger d'investir dans les TIC
Mustapha Lahbiri, directeur général de la protection civile, remplace Abdelghani Hamel à la tête de la police
Le directeur général de la Sûreté nationale, général major Abdelghani Hamel limogé
Le P/APC de Ras El Ma, à Sidi Bel Abbès, démissionne, suite au scandale sexuel l'éclaboussant
Tayeb Louh: "il n'y aura pas de traitement de faveur dans l'affaire de la cocaïne"
Louh: "L'enquête sur l'affaire de la cocaïne ira très loin"

Des sommes faramineuses ont été dépensées pour tenter, vainement, de désengorger la capitale, qui se trouve toujours bloquée par des interminables embouteillages.Un montant de 95 milliards de dinars a été consacré durant ces dix dernières années pour désengorger Alger et l'aménagement de son littoral. Selon le ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaalane, "tout au long de ces dix dernières années, la wilaya d'Alger a bénéficié de 95 milliards de dinars pour l'expansion des routes et l'aménagement des côtes". Ce montant n'incluait pas les grands projets et les infrastructures de base réalisés par son secteur. "Ces réalisations nous ont permis d'éviter un encombrement terrible dans la capitale", estime-t-il. Mais beaucoup reste à faire, puisqu'un nouveau plan pour désengorger de la capitale est lancé. Il est confié à une société espagnole qui s'affaire depuis quelques mois déjà à déployer un réseau de faux de signalisation et à renforcer le réseau des caméras de surveillance qui vont désormais permettre de mieux gérer à distance les flux de voiture. Ce nouveau plan est vu comme salvateur par les responsables du secteur. Mais certains spécialistes jugent un tel plan d'insuffisant, recommandant ainsi le développement du transport en commun.

Meriem Hamadène 

0
0
0
s2sdefault

Le projet d'extension de l'aéroport international Houari Boumediene d'Alger, qui est en cours de finalisation, a coûté une bagatelle de 800 millions de dollars, soit 80 milliards de dinars. Selon le ministre des Travaux publics et des transports, Abdelghani Zaalane, ce projet devrait être réceptionné par son département ministériel au début 2019. Dans une déclaration à la presse au terme d'une visite d'inspection aux différents ateliers du projet, notamment le bâtiment central, la ligne du métro, la tour du contrôle et la piste atterrissage, le ministre a indiqué que le taux de réalisation global est de 88%, tandis que le taux d'avancement des travaux au niveau du bâtiment central s'élevait à 99%. Le ministre a fait état, à ce propos, du lancement des opérations d'essai des systèmes à l'intérieur du bâtiment central, à l'image du système de surveillance et d'éclairage, les ascenseurs et les carrousels de récupération des bagages.

Dans le même cadre, le ministre a affirmé que cette étape nécessite une coordination étroite entre les différentes entreprises nationales et étrangères concernées par la réalisation. Ces entreprises s'emploient à la réalisation d'une station de métro et d'une station de train, d'un hôtel quatre étoiles limitrophe, la réhabilitation de sa piste d'atterrissage et la construction d'une nouvelle tour de contrôle. La cadence de réalisation de la nouvelle aérogare est en avance d'un mois par rapport aux délais fixés, a fait savoir le ministre, relevant que l'Enterprise de gestion de l'aéroport d'Alger avait entamé la formation des agents et des techniciens chargés de la gestion de cette nouvelle structure.

La réalisation d'un deuxième aéroport d'une capacité de plus de 10.000.000 de voyageurs/an en plus de l'actuel aéroport international (6 millions de voyageurs/an) a pour objectif accéder au marché du transit qui constitue actuellement un marché important en matière de transport aérien. La construction de cette nouvelle aérogare coïncide avec l'opération de renouvellement de la flotte d'Air Algérie. Une compagnie qui fait face actuellement un fort mouvement de protestation des travailleurs. 

0
0
0
s2sdefault

Le groupe public Sonatrach reprend les affaires avec le géant italien ENI. En effet, le PDG du groupe Sonatrach, Abdelmoumem Ould Kaddour et l’administrateur délégué du groupe italien Eni, Claudio Descalzi, ont signé ce mardi 17 juillet à Milan un accord qui marque une étape supplémentaire pour le renfoncement du partenariat dans le bassin de Berkine, en synergie avec les installations existantes de BRN (bloc 403) et MLE (bloc 405b), avec pour objectif de réaliser un gashub dans la zone, a indiqué un communiqué de Sonatrach. Cet accord s’inscrit dans le cadre du protocole d’accord signé le mois d’avril à l’occasion de la tenue des "11èmes Journées Scientifiques et Techniques de Sonatrach" qui se sont déroulées à Oran, a ajouté l'agence officielle APS. Sonatrach assure que ce nouveau partenariat vise à réaliser un ambitieux programme de relance des activités d'exploration et de développement dans la zone, à travers l'optimisation des infrastructures existantes en synergie avec celles de la prochaine réalisation: la mise en pose d'une ligne de 180 km qui va connecter en fast-track les assets de BRN avec les installations de MLE qui deviendra le gas-hub dudit bassin. En outre, Sonatrach et Eni ont convenu des conditions commerciales pour l’année 2018-2019 en ligne avec le marché du gaz. Les relations de partenariat entre Sonatrach et l''ENI cont connu auparavant un frein à cause du scandale des pots de vin dans lequel a été impliquée Saïpem, une filiale de ce géant italien. Aujourd'hui, bien que l'affaire est toujours devant le tribunal de Milan, les relations d'affaires reprennent entre ces deux groupes pétroliers. 

Kamel Tarraf

0
0
0
s2sdefault

Dans son rapport 2018, le Département d'Etat américain note les efforts de l'Algérie tendant à simplifier l'acte d'investir. Il estile que l'Algérie devient de plus en plus attractive pour les investisseurs américains, mettant en avant les énormes opportunités que recèlent pratiquement tous les secteurs économiques. Le Département d'Etat souligne que l'Algérie "est un marché lucratif". Il relève la stabilité que vit l'Algérie qui ne connaît pas des problèmes sécuritaires.

Citant des représentants du secteur privé américain opérant en Algérie, le rapport relève ainsi que "plusieurs secteurs offrent potentiellement des opportunités considérables de croissance à long terme pour les entreprises américaines". "De nombreuses entreprises ont signalé avoir enregistré des bénéfices annuels à deux chiffres. Il y a des opportunités dans pratiquement tous les secteurs de l’économie algérienne", assure-t-il.

Le rapport souligne l'intérêt particulier des Américains pour les secteurs de l'agriculture, le tourisme, les technologies de l'information et de la communication, l’industrie, l'énergie (fossile et renouvelable), la construction et la santé. Pour le Département, l'investissement en Algérie est "hautement gratifiant". Il souligne dans ce sillage le programme de diversification de l’économie, mis en œuvre par le gouvernement pour doper la croissance dans le sillage de la baisse des cours de pétrole avec un focus sur l’investissement direct étranger.

"Le gouvernement algérien poursuit son objectif de diversification de l'économie en mettant l'accent sur les moyens d’attirer les investissements directs étrangers pour stimuler l'emploi et substituer les importations par une augmentation de la production locale", indique le Département d’Etat, qui fait état de nombreuses avantages fiscaux et autres accordés aux investissements productifs.

Cependant, le Département d'Etat appelle à la levée de la règle 51/49 qui "entrave" les investissements des PME américaines en Algérie.  Cela même si les grandes compagnies qui créent de l’emploi et disposent d’un savoir-faire et d’équipements trouvent " des moyens créatifs " pour investir dans le cadre de cette mesure, extirpée du code de l’investissement en 2016.

Meriem. H

0
0
0
s2sdefault

Le prix du baril du pétrole poursuit sa tendance baissière amorcée depuis plus de trois semaines. En effet, le panier de référence du brut de l`Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) s`est établi à 72,15 dollars, a indiqué lundi cette Organisation sur son site web.

0
0
0
s2sdefault

Méteo

Partly cloudy

20°C

Alger

Samedi 15°C / 26°C Sunny
dimanche 15°C / 26°C Sunny
Lundi 15°C / 24°C Partly cloudy
Mostly cloudy

18°C

Oran

Samedi 17°C / 27°C Partly cloudy
dimanche 17°C / 27°C Sunny
Lundi 16°C / 25°C Partly cloudy
Partly cloudy

15°C

Constantine

Samedi 11°C / 22°C Mostly cloudy
dimanche 11°C / 23°C Mostly sunny
Lundi 12°C / 20°C Scattered showers
Mostly cloudy

23°C

Ouargla

Samedi 15°C / 28°C Partly cloudy
dimanche 18°C / 28°C Mostly cloudy
Lundi 15°C / 28°C Mostly cloudy
Partly cloudy

28°C

Adrar

Samedi 18°C / 28°C Mostly cloudy
dimanche 18°C / 27°C Mostly cloudy
Lundi 16°C / 31°C Partly cloudy
  1. Alger
  2. Oran
  3. Constantine
  4. Ouargla
  5. Adrar