Flash infos
L'opération "Alger ville intelligente" sera généralisée à d'autres wilayas (Ouyahia)
Les étrangers qui voudraient investir dans les TIC auront de meilleures conditions (Ouyahia)
Ahmed Ouyahia appelle les Algériens établis à l'étranger d'investir dans les TIC
Mustapha Lahbiri, directeur général de la protection civile, remplace Abdelghani Hamel à la tête de la police
Le directeur général de la Sûreté nationale, général major Abdelghani Hamel limogé
Le P/APC de Ras El Ma, à Sidi Bel Abbès, démissionne, suite au scandale sexuel l'éclaboussant
Tayeb Louh: "il n'y aura pas de traitement de faveur dans l'affaire de la cocaïne"
Louh: "L'enquête sur l'affaire de la cocaïne ira très loin"

Le gouverneur de la Banque d'Algérie, Mohamed Loukal, a fait état de la fragilité de la situation macroéconomique du pays et a appelé à la prudence en matière de la politique budgétaire du gouvernement. S'exprimant devant les PDG des banques, le gouvernement de la Banque Centrale a insisté sur la dynamisation du secteur bancaire afin qu'il participe mieux dans la stimulation

de la croissance en allant vers le financement des investissements productifs. Le gouverneur a rappelé, selon l'agence officiel APS, qu'en prévision du retournement de situation d’excès de liquidité du système bancaire qui avait duré une quinzaine d’années, la Banque d’Algérie avait promulgué une batterie de textes réglementaires pour faire face à l’assèchement prévisible de la liquidité bancaire. Ainsi, dès l’été 2016, la Banque d’Algérie, pour répondre à la contraction de la liquidité bancaire, avait suspendu l’instrument de l’absorption de la liquidité (reprise de liquidité) et avait supprimé la rémunération de la facilité de dépôt, a-t-il expliqué. En outre, "le guichet du réescompte de la Banque d’Algérie avait été réactivé en août 2016. Il a connu une montée en cadence, graduellement, jusqu’à atteindre un pic d’encours de réescompte de 590 milliards de DA à fin janvier 2017", a détaillé M. Loukal. En parallèle et après six (6) mois de fonctionnement de ce guichet de réescompte, la place bancaire a assisté, pour la première fois, à la mise en place des opérations d’open market  instaurées en substitution des opérations de réescompte. Pour faire face à leurs besoins quotidiens de trésorerie et de constitution de la réserve obligatoire, les banques, pour s’approvisionner en liquidités, s’appuyaient sur le marché interbancaire et sur le refinancement de la Banque d’Algérie, a-t-il soutenu. Tenant compte du retournement de situation de la trésorerie des banques et de l’assèchement de la liquidité sur le marché monétaire, le Comité des opérations de politique monétaire (COPM) de la Banque d’Algérie avait décidé en août 2017 de ramener le taux de la réserve obligatoire de 8% à 4% (après une baisse, en mai 2016, de 12% à 8%), et ce, afin de "libérer une liquidité additionnelle sur le marché estimée à 350 milliards de DA", a-t-il poursuivi. A fin octobre 2017, le refinancement des banques, par recours à l’open market, se situait autour de 596 milliards de DA. A cette même date, la liquidité bancaire ressortait à 482 milliards de DA, tandis que les disponibilités du Trésor, dans son compte auprès de la Banque d’Algérie, affichaient un montant de 51 milliards de DA, selon M. Loukal. Cette situation pourrait s'améliorer. Mais le recours excessif à la blanche à billets aura dans deux ans de graves conséquences sur la croissance, la production, le pouvoir d'achat et la valeur de la monnaie nationale. En effet, une première tranche du financement non conventionnel a été émise fin octobre-début novembre 2017 pour un montant de 2.185 milliards de DA, tandis qu'une seconde tranche a été mise en place en janvier 2018 pour un montant de 1.400 milliards de DA, soit un total de 3.585 milliards de DA. Ce financement par la blanche à billets est générateur d'inflation, déjà perceptible dans nos marchés, où les prix des produits ont augmenté de 20 à 40 %. C'est le danger d'un tel choix, qualifié par Ahmed Ouyahia de "courageux". S'il n'est pas une tare en soi, le financement non conventionnel doit être circonscrit dans le temps et accompagné de profondes réformes notamment en matière de défenses publiques. 

Amina.Henni

0
0
0
s2sdefault

Méteo

Partly cloudy

20°C

Alger

Samedi 15°C / 26°C Sunny
dimanche 15°C / 26°C Sunny
Lundi 15°C / 24°C Partly cloudy
Mostly cloudy

18°C

Oran

Samedi 17°C / 27°C Partly cloudy
dimanche 17°C / 27°C Sunny
Lundi 16°C / 25°C Partly cloudy
Partly cloudy

15°C

Constantine

Samedi 11°C / 22°C Mostly cloudy
dimanche 11°C / 23°C Mostly sunny
Lundi 12°C / 20°C Scattered showers
Mostly cloudy

23°C

Ouargla

Samedi 15°C / 28°C Partly cloudy
dimanche 18°C / 28°C Mostly cloudy
Lundi 15°C / 28°C Mostly cloudy
Partly cloudy

28°C

Adrar

Samedi 18°C / 28°C Mostly cloudy
dimanche 18°C / 27°C Mostly cloudy
Lundi 16°C / 31°C Partly cloudy
  1. Alger
  2. Oran
  3. Constantine
  4. Ouargla
  5. Adrar